Où il ne sera pas question une seule seconde…

Pablo-Maria (qui est le nom de code secret de mon informateur (qui est une informatrice)), m’a communiqué de nouvelles informations via les nouveaux réseaux d’information et de communication. Avant de vous les transmettre, je me permets de rappeler brièvement les éléments que nous avons précédemment reçus à un moment donné de l’Histoire de France.
  • Claire et Aurélien sont morte et mort,  mangée et mangé par des oiseaux dans une barque.
  • Claire et Aurélien savaient quelque chose du danger qui les guettait.
  • Claire et Aurélien ont tenté de nous alerter sur leur sort funeste en glissant des messages codés dans des photographies.
  • Claire étaient en couple avec un homme qui s’est essuyé les aisselles sur sa tête.
  • Claire et Aurélien avait la belle vie avant de mourir définitivement car il et elle ont eu l’occasion de manger un plat traditionnel composé de maïs agricole et de haricots cuits dans de l’eau chaude aromatisée au tapioca du sud, et aussi, du sud-est.
  • Aurélien n’est pas mort mangé par des oiseaux dans une barque.
  • Aurélien est mort et a été retrouvé sans vie dans le casier du vestiaire de l’Arena Coliseo de Guadalajara.
  • Aurélien a sauvé un instructeur sportif qui s’étouffait en ayant avalé de travers un sandwich au thon.
  • Aurélien a refusé d’investir dans une échoppe de planche de surf sur la côte Basque avec ce même instructeur sportif.
  • Aurélien n’est pas mort dans un bar à sushi provençal suite à la consommation de riz auquel il est allergique.
Ceci étant fait, voici maintenant deux nouveaux clichés pris par notre ami et notre amie qui sont désormais décédé et décédée. Ce sont les deux yeux remplis avec de très nombreuses larmes que je vous écris ce billet. Comment rester insensible à ce message porteur d’avenir que nous livre ainsi ces deux brillant et brillante saltimbanques ? Comment rester de marbre rose devant cette injonction à vivre, à poursuivre l’aventure sans elle et sans lui. VIS ! Voilà ce qu’il et elle nous cris en guise de dernière volonté. Merci Claire, merci Aurélien pour ce salvateur rappel à l’ordre. Et oui Claire, oui Aurélien, vous m’avez convaincu qu’il fallait que je continue à vivre le plus longtemps possible afin de multiplier les chances d’acquérir un jour un appartement avec un balcon, une place de parking et un garage à vélo mutualisé, le tout dans l’éco-quartier d’une zone péri-urbaine. J’ai bien compris que, pour cela, il me faudrait peut-être me mettre à genou devant un être supérieur telle qu’une gardienne de la paix sur Terre. Merci. Merci. Merci. Trois fois merci. Je ne peux désormais faire autrement que de vous livrer le contenu exact du dernier message écrit d’une main tremblante par Aurélien sur du papier gras d’Asie (j’ai anonymisé et masqué quelques propos par respect pour le destinataire).
Bonjour ██████, il faut que je te raconte cette chose que je vois régulièrement au df*. Ici beaucoup de ██████ se font à la main (À la mano comme on dit ici). Ce faisant le ████ ne sort jamais █████ comme il peut l’être quand le ████████  fonctionne bien dans la France, où la █████ se fait à la ███████. Alors, bien sûr, avec de l’huile de coude, on peut s’en approcher mais jamais l’égaler. Et bien, malgré tout, en mettant le ███████ ████ à ███████, parce que tenez vous bien certains ici, dont je tairai les noms (plus parce que je ne les connais pas qu’autre chose), et bien certains ██████ le █████ ████, ██████, ne pratiquant aucune huile de coude -le ████ ████ █ █████ ███ au point où on pourrait se dire construisons un grand bateau sur lequel nous mettrons une paire cis genre de chaque animaux qui peuplent encore la planète au cas où, on ne sait jamais- Et pourtant, ce faisant, sur les coups de midi du matin et bien à 18h le ██████ est ██.
* Je ne sais pas ce que veut dire « df », mais je retranscris tel quel pour ne pas gêner la compréhension du texte. À suivre…

1 réflexion au sujet de “Où il ne sera pas question une seule seconde…

  1. incroyable!

    un génie du journalisme d’investigation se trouve devant nous. si j’avais votre numéro de téléphone je vous appellerai afin de vous faire tomber dans un canular ou je vous proposerai un emploi que bien sûr je ne serai pas en mesure de vous offrir. mais ça serait de mauvais gout, alors même detenteur de votre numero de telephone je ne le ferai pas.

    mais recevez une brave tapette sur l’épaule (c’est moi) d’encouragement, pour la continuation de ce récit qui j’en suis sûr pourrait bientôt être sous les radars de pulitzer lui même.

    merci

Laisser un commentaire