Où il ne sera pas question de granule de sucre…

Je ne sais pas si la lecture de ce nouveau billet est recommandée aux lecteurs et lectrices qui se savent sensibles et fragiles au niveau du cœur qui bat la chamade. En effet. Les clichés que je viens de recevoir correspondent vraisemblablement à la dernière photo de couple de Claire qui vivait en couple avec un homme que l’on peut voir distinctement juste à côté d’elle sur les différentes photos en train de pratiquer une « axilacion », ou, en français, une « aissellade », coutume populaire du peuple du Mexique qui consiste à s’essuyer publiquement les aisselles sur les oreilles de sa partenaire afin de sceller officiellement leur union au travers de la reconstitution de cette scène biblique où Marie informe Joseph qu’elle s’est faite violée par Dieu dans son sommeil en lui appliquant de la crème de sésame sous les bras au moyen de son lobe d’oreille droit. Au fil des siècles, pour une sombre histoire de place de parking volée, la crème de sésame déposée par la femme a été remplacée par de la sueur essuyée par l’homme. (Fun fact: cette tradition Mexicaine explique pourquoi, en Espagne, les couples homosexuels masculins se frottent mutuellement les aisselles à leur mariage alors que les couples homosexuels féminins se frottent les oreilles.) Avec le décès de Claire, c’est donc aussi une histoire d’amour qui avait bien commencé qui finit mal. Et, quand on pense qu’ils ont raté la St Valentin de quelques jours en mourant trop tôt, ça ne donne vraiment pas envie de mourir. Fort heureusement, avant de finir dévorés vivants par des oiseaux, Claire et Aurélien ont passé de bons moments, comme en atteste cette photo prise juste avant qu’il et elle ne s’offrent un plat traditionnel composé de maïs agricole et de haricots cuits dans de l’eau chaude aromatisée au tapioca du sud, et aussi, du sud-est. On peut donc dire qu’il et elle avaient la belle vie avant de mourir. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde, dont certains et certaines qui ont une vie pourrie et qui ne meurent même pas. Au fond de l’enveloppe, il y avait aussi cet intriguant cliché. Je n’ai pas encore réussi à lui donner un sens, ni à comprendre à quel moment il intervient dans leur tragique histoire, mais je le partage tout de même avec vous, en toute transparence, afin de faciliter, collectivement, la recherche de la Vérité. Les commentaires sont d’ailleurs ouverts à cet effet.  

5 réflexions au sujet de “Où il ne sera pas question de granule de sucre…

  1. Je pense que le dernier cliché représente Claire et son petit ami mais avec des masques.
    De par mes connaissances en informatique, il n’est pas impossible que les masques aient été ajoutés numériquement grâce à un logiciel de retouche d’image tel que GIMP.
    De même, il est probable que la soucoupe volante ne fasse pas non plus partie de la photo originale.
    Je vais me renseigner auprès de spécialistes en soucoupes volantes pour savoir si ce modèle existe au Mexique d’Amérique Centrale.
    À tout de suite…

    • Alors, renseignements pris, il semblerait que ce modèle ne soit en vente qu’aux Pays-Bas d’Europe.
      Il s’agit donc vraisemblablement d’un montage destiné à tromper son monde.
      Qui en est l’auteur ou l’autrice ?
      C’est une question qui mériterait qu’on lui trouve une réponse afin d’en savoir un peu plus…

      Accessoirement, Olivier, je voulais te féliciter pour la qualité de ton écriture et la richesse de ton vocabulaire.
      C’est un vrai plaisir que de te lire et de te relire jour après jour.
      Merci de mettre ainsi à profit tes talents littéraires au service de cette enquête passionnante.

      Encore bravo.

      Tu écris vraiment très bien.

      Il y a vraiment beaucoup de belles phrases.

  2. ceci est une usurpation d’identité a des vue diffamatoires.

    cher JRI qui se cache derrière ces articles de blogs. laisser moi vous dire que vous vous êtes trompés, ici c’est la presse écrite numérique.

    pourriez vous couvrir au choix la crise des gilets jaunes ou la crise de la masculinité, voilà des informations qui nous serait utiles
    cdlt

    juan mickael apathy

Répondre à Patrick Annuler la réponse.