Claire, Aurélien et la Santa Muerte

Je n’ai pas recadré la photo à cause des esprits de Claire et Aurélien que l’on peut voir enchevêtrés dans le ciel de couleur bleue du pays du Mexique. Diable, comme on s’était beaucoup attaché à elle et à lui ainsi qu’au talent avec lequel ce joyeux luron et cette joyeuse luronne arrivaient à nous faire rire au travers de leurs différents spectacles humoristiques du domaine des Art de la Rue et de l’Espace Publique. Bon, il se trouve que je n’ai vu qu’un seul de leurs spectacles étant donné qu’Aurélien refuse de jouer à nouveau Desiderata (que vous trouverez sur le site sous le nom de « Aime moi tendre », allez comprendre) depuis qu’il a rejoint le mouvement ACAB (All Clown Are Bastards). Reste que, je l’ai vu de très nombreuses fois, ce spectacle, et j’ai toujours beaucoup ri (sauf, lors d’une répète pour Chalon dans la Rue, où ils et elles ont été collectivement mauvais et mauvaises, et où je n’ai pas ri autant que pour les autres fois où j’avais beaucoup ri. Mais bon, sur quinze représentations/répétitions, je trouve que ça fait un bon ratio). Et, quand bien même je n’aurais pas beaucoup ri pendant leurs spectacles, ils n’en auraient pas été moins drôles, elle et lui, dans leur vie au quotidien des jours qui passent. Et c’est pour cela qu’il et elle vont nous manquer plusieurs jours d’affilés. Alors. Bien entendu. Les Arracheurs de dents, ce ne sont pas qu’Aurélien et Claire. Non. Mais ce sont les seuls à avoir été becquetés par de grands pélicans blancs dans une barque d’Amérique centrale dans les déroutantes circonstances que je souhaite vous raconter en m’appuyant sur des documents intéressants que je reçois petit à petit de la part des autorités locales du pays du Mexique. Claire. Aurélien. Vous resterez à jamais dans certaines de nos pensées de la semaine, un premier temps, puis du mois, dans un second.  

Laisser un commentaire