Où il ne sera pas question du temps perdu à savoir comment oublier ces heures…

Je vous dois la Vérité.
Claire n’est jamais morte définitivement mangée par des oiseaux dans une barque qui flottait sur l’eau.
Elle n’est pas non plus ponctuellement morte après avoir été transformée en statue de pierre ponce par un ensorcellement maladroit réalisé à la va vite par un piètre évêque, garagiste de formation.

Et.
Elle n’est pas du tout morte dans un ascenseur.

Ce que je sais, c’est qu’elle est morte de peur devant les araignées.
Les grosses araignées, mais, aussi, les petites araignées.
Par exemple, si elle est en train de faire du ménage dans une salle de bain au premier étage d’une maison et qu’il y a une araignée dans une baignoire elle va émettre un son avec la bouche puis demander à quelqu’un de retirer cette araignée de cette baignoire.
Et, si la personne qui a retiré l’araignée lui demande si elle a un problème avec les araignées, elle va dire « noon », avec deux « o » pour souligner le côté incongrue de la question alors qu’en fait elle a un problème avec les araignées.

Aurélien non plus n’est encore jamais mort.
Pas plus dans un vestiaire de l’Arena Coliseo que dans un casier où l’on range tous les restes de pain  du repas du midi.

Par contre, et je jure sur la tête de la mère de Dieu que c’est vrai, Alice est morte à son arrivée au Mexique le 5 mars 2019, poignardée avec une batte par Claire et Aurélien parce qu’il et elle étaient jaloux de son passé de voltigeuse passé sur des trapèzes hauts au dessus du sol.
Voici la dernière photo de son visage avant qu’elle ne soit irrévocablement transformée en algorithme de reconnaissance fécale.

Sa mort m’a rendu un peu triste parce qu’il me restait encore beaucoup de connaissances fondamentales importantes à lui transmettre concernant la gestion du trac avant la représentation d’un spectacle vivant dans lequel on intervient.
Et, si après la mort, entre deux glaces à l’Italienne, elle doit intervenir dans des spectacles vivants, je me dis que cela lui aurait été bien utile.
Mais, c’est comme ça.
Life is life, comme on dit quand on veut mettre l’air d’une chanson dans la tête des gens.

Tout à coup, on peut dire que c’était un sacré petit bout de femme, celle-là.

Bien entendu, voici des photos que Claire a prises en mettant son doigt devant l’objectif pour bien qu’on voit son doigt.
Bilan, on voit très bien son doigt et très peu autre chose.
Dommage que son doigt soit flou.

Pour celles et ceux qui veulent que ce post soit très long parce que cela fait longtemps qu’ils ou elles l’attendent, je vais partager avec vous un message que j’ai reçu d’une amie en vacances en Bretagne.

Alors ici tout se passe très bien.
Et ça fait déjà un mois qu’on est arrivé, dis donc ça passe vite.
On a commencé par partir directement à Guadalajara pour découvrir des nouvelles arènes et peut être des nouveaux prof de catch, mais le seul cours qu’on a pris on l’a passé à faire des roulades sans fin, des équilibres et de la PP (ndlr: préparation physique) dans tous les sens pendant une heure, ce qui était, selon Satanico, el prof de Guada, la base pour pouvoir espérer monter sur un ring trois ans plus tard..
Alors on a préféré retourner à la cuidad de mexico avec le prof qu’on connaît et qu’on aime, plus une grosse bande débilos qui sautent partout tout le temps et font des prises dans tous les sens, pour plutôt apprendre plein de techniques différentes (parce que c’est plutôt ça qui nous intéresse que de bien faire les roulades arrières…)
Mais quand même on est resté le week-end là-bas, et c’était bien.
On a pu voir un concert de hardcore avec des gens très gentils aux cheveux très propres, et on a fait le fameux coup du dimanche au lac, où on a pu prendre en photos des oiseaux sur des barques…

Figure toi qu’on est même revenu sur Mexico en blablacar, et que c’était même pas de la grosse merde comme en France..

Et alors là on a recommencé la vie à la capitale.
Après moult hésitations, on s’est pété le gros luxe de rester dans un quartier qu’on adore plutôt que d’aller louer un appart (ndlr: appartement) pas cher en banlieue à deux heures de bus.
On a retrouvé des gens qu’on avait déjà vu l’année dernière, il y a une vieille avec qui on est devenu copain, même qu’elle m’envoie des gif de Jesus sur Whatsapp maintenant tellement on s’aime bien.
Et y’a un mec qu’a une Mustang et qui s’habille avec des polos Ferrari et qui est tueur à gage.
Et y’a des nouveaux… Y’a Melissa qui vient de trouver du travail et qui sourit beaucoup et Yolanda qu’arrête pas de rigoler et de dire des conneries.
Ça nous fait des cours intensif d’espagnol non vulgaire, parce que sinon on apprend que l’espagnol vulgaire de l’arène et c’est pas pratique parce qu’on peut pas le caser partout.

Et puis c’est la grosse ville alors y’a tout le temps des concerts et des films et des trucs
(on croyait que tous les mexicains été super musclés mais des qu’on quitte le milieu de la lucha pour aller écouter de la musique expérimentale, ils sont beaucoup plus maigres…)
et puis c’est le Mexique alors juste s’asseoir et regarder pendant deux heures c’est super.
Y’a du bordel partout, des gens qui se marrent.

J’ai pris un cours de twerk et j’ai les ongles qui poussent plus vite ici..

Ah , y’a mon reveil qui sonne c’est que je dois partir. On a rencard avec notre nouveau copain Charlie qui est prof de muscu (ndlr: musculation) et qu’est très sympa (comme quoi c’est pas incompatible) alors je te donnerai le reste des nouvelles plus tard…

J’espère que tu vas bien!
Big bisou
Patricia Arquette

Voici maintenant une photographie prise par Aurélien qui prend en photo Bob l’éponge dans une vitrine afin de faire référence à sa 14ème place dans le classement mondial des premiers inventeurs de l’éponge.
Ça se passe de commentaire.

Aurélien et Bob l’éponge.

Voici maintenant la photo d’une plaque d’immatriculation où l’on ne sait pas si la marque du véhicule est Rolls-Royce ou Porsche.
J’imagine que ça doit être drôle.

Je vous laisse, je dois aller me suicider.
À bientôt.